Solutions du cas “Périostite”



Concernant le Remède 1, voici les signes que j’avais sélectionné :

La périostite siégeant depuis le départ sur le tibia droit, cela devait être un emplacement préférenciel quant à la recherche de répertorisation.

Ensuite, il y avait cette sensation de bande qui enserrait la zone comme une grosse bague.

La brûlure si imposante et l’hématome survenu comme après un traumatisme.

Et en dernier lieu, l’amélioration quasi immédiate à la chaleur appliquée sur la zone.

Cela donnait les rubriques suivantes :

GENERAL / CONSTRICTION, Bande, sensation de

GENERAL / TRAUMATISMES / extravasations avec

GENERAL / Applications chaudes amél

MB / Douleur brûlante / Membres / Jambe

Sortait donc NUX VOMICA même si la notion de brûlure à la jambe ne ressortait pas dans ce médicament, le reste concordait suffisamment pour l’indiquer.

La notion de brûlure au niveau du membre inférieur se retrouve au niveau de la hanche, du pied, des articulations et des orteils. Comme cette douleur brûlante existe belle et bien dans d’autres localisations autres que la jambe ou le tibia, ce n’est pas éliminatoire pour ce médicament.

Le remède 2 est plus subtil !

Il a de forts points communs avec Nux-v car ils ont tous les deux 1 546 symptômes communs !

Voici les signes que j’avais gardé :

La douleur brûlante de la jambe droite, siège du problème.

La lourdeur ressentie dans la zone quand je restait debout sans bouger.

L’amélioration en marchant lentement, au bout d’un petit moment.

Ce qui donne en terme de répertorisation :

MEMBRE / DOULEUR / Membre Inf / Jambe / droite

MEMBRE / LOURDEUR / Membre Inf / Jambe

MEMBRE / DOULEUR / Membre Inf / Jambe / debout, étant

GÉNÉRAL / MOUVEMENT / Amél / Prolongé, amél

Ce qui donne AGARICUS.

Maitenant passons à une petite analyse, a posteriori d’Agaricus.

Vous allez voir comme c’est beaucoup plus simple après…

Agaricus est un médicament homéopathique provenant d’un champignon bien connu : l’amanite phalloïde.

Dans la materia viva de Vithoulkas, on peut lire que les engelures ont la couleur rouge bleuté, comme l’était ma jambe.

Il est vrai qu’il n’y avait pas de douleurs ressemblant à des aiguilles froides mais une aggravation très importante à tout contact avec le froid.

On trouve aussi dans le Synoptic Vol 1, cette phrase : Douleur brûlante, contuse dans les talons, étant assis, debout ou marchant en plein air. Laquelle décrit aisément ce qui était ressenti dans la jambe.

Il est dit aussi que la douleur de la jambe est améliorée en marchant.

Dingue non ?

C’est là où l’on peut se dire que outre un aspect de médecine moderne, l’homéopathie n’en ait pas moins un art !

Mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’il faut, patient comme praticien, faire équipe pour être à l’écoute, à l’affût de tout changement, car même si le premier médicament pris n’est pas celui qui correspondrait parfaitement, la magie de l’homéopathie et sa bonté, font que de nouveaux signes apparaîtront pour parvenir à un remède plus précis.

Comme le disait le fondateur de l’homéopathie, Samuel Hahnemann, la persévérance est la clé !