Sortez du surpoids et de l’obésité

Pourquoi diable trouvez-vous cela sur un site consacré à l’homéopathie uniciste ?

Vaste question n’est-ce pas ?

 

Pour y répondre, il me faut vous expliquer le cheminement de cela.

Il y a deux aspects, un professionnel, l’autre personnel.

Le professionnel découle de demandes répétées de patientes et patients ; voire enfants désireux de normaliser leurs poids et silhouette.

Cela m’était difficile car tout ce qui était entrepris n’était pas vraiment couronné de succès à long terme.

Pourquoi ?

Parce que l’on sait et n’importe qui, désireux de perdre du poids l’a vécu, qu’au départ sur un régime, la perte de poids est rapide. Puis ralentie et à terme, le poids remonte alors que le moral lui chute…

Donc je n’étais pas très enthousiaste à m’occuper de ce type de « cas ».

Et il y a eu une maturation en moi il y a quelques années, où après observations et réflexions, j’en suis arrivé à la conclusion que si l’on n’allait pas voir l’alimentation d’une personne, on passait à côté d’une multitude de choses et causalités.

Alors cela semble bizarre pour un praticien en homéopathie uniciste mais si vous relisez les écrits du père fondateur de l’homéopathie Samuel Hahnemann, celui-ci, très souvent, chez les personnes aisées et riches, faisait des restrictions alimentaires voire des jeûnes avant d’instaurer tout traitement homéopathique.

Pourquoi ?

Parce qu’il y avait 2 sortes de populations, pour être très généraliste :

  • ceux qui avait du mal à manger à leur faim chaque jour
  • ceux qui avaient les moyens de faire bombance et souvent.

Ils avaient donc des perturbations alimentaires de « trop, trop riche ».

Ce à quoi s’attaquait Hahnemann en premier lieu.

La grande différence entre l’époque d’Hahnemann et la nôtre actuelle tient justement sur le rapport à la nourriture, son abondance facilité à en trouver, à en consommer.

Et justement à en consommer, trop, beaucoup trop.

Mais aussi trop car comme bien souvent il s’agit d’une nourriture « moderne » raffinée, bricolée par les industriels agro-alimentaires.

Celle-ci devenant très éloignée de ce qu’elle était il y a encore 60 ans.

Partout, dans tous les pays du monde où l’ « alimentation moderne » s’est implantée, les taux de surpoids, obésité, diabètes ont explosé.

Je ne pouvais donc faire l’impasse de m’intéresser à la nutrition.

Qui dit nutrition, dit système digestif d’assimilation.

Et là aussi, nombre de problèmes sont en expansion depuis quelques années, décennies.

Le nombre de maladies digestives ont explosé, là aussi..

Alors comment ne pas y voir un lien ?

Si vous donnez un médicament homéo mais que la base digestive n’est pas capable de faire son travail, de séparer bon grain et ivraie, de savoir comment récupérer vitamines, minéraux, ne plus savoir fabriquer la vitamine B12 par le microbiote intestinal et être en proie avec une inflammation chronique alors comment cet organisme pourrait-il fonctionner ?

Il y avait donc des préalables, comme dans la vision hahnemannienne.

Et c’est là que survient l’analyse de la sphère digestive, des capacités nutritionnelles et de l’alimentation ou ce que procurent ou non ce que nous ingérons tous les jours.

Et dans le domaine du surpoids, de l’obésité, des diabètes, cela est crucial.

Pourquoi ?

Parce que les anciens modèles de « retour à un poids normal » ne fonctionnent pas !

C’est maintenant que survient l’aspect personnel.

Car comme vous, j’ai pratiquement depuis 30 ans, toujours été victime de surpoids. J’en étais arrivé à peser 102,7 kilos, pour 1 mètre 80.

Alors, comme vous j’ai essayé des choses..seul.

Devant l’insuccès, j’en suis venu à consulter une nutritionniste.

Elle m’a donné un régime de restrictions alimentaires avec protéines, légumes et céréales.

J’ai appliqué à la lettre et 1 mois plus tard, j’avais 2 kg de plus…

Retour chez la nutri, diminution de la fraction de céréales permises de moitié.

Deuxième mois, idem !

Et j’ai dit, ça ne va pas car prendre du poids seul, je sais déjà faire alors le paradigme de départ ne doit pas être correct.

J’ai alors fait mes recherches..

Je me suis renseigné, formé tous azimuts sur la nutrition, l’alimentation, la physiologie digestive.

Et j’ai tenté des choses..végétarien, fractionné, fruits..échecs pour moi.

J’avais même remarqué qu’en prenant des fruits le matin, je me sentais super bien pour travailler mais prenais du poids.

Il devait bien se passer quelque chose en interne.

Suite à des lectures, j’ai pu enfin assembler le puzzle des différents signes apparus des années, des dizaines d’années plus tôt.

Par exemple, vers la vingtaine, à la fac de médecine, pendant les cours hebdomadaires d’anatomie de deux heures, je vivais un calvaire.

J’avais des envies et nécessités d’uriner tous les 20 minutes à peu près.

Imaginez ce que cela implique, d’être le seul à se lever et quitter un amphi bondé de 600 personnes, 3 fois par heure…

L’horreur..

Puis des années plus tard, sont survenus des diarrhées impérieuses immédiatement après le repas.

Nous avons tenté avec mon professeur d’homéopathie de les enrayer via l’homéopathie mais ce fut un échec total.

Ces diarrhées ont duré des années.

J’avais remarqué que si je mangeais un dessert, je n’y coupais pas, avec une urgence de 5 à 10 minutes après.

Alors, j’évitais en rendez-vous professionnel au restaurant, en formation de consommer des desserts.

Malheureusement cela évitait « les crises » mais pas la chronicité des diarrhées.

Alors j’ai testé l’éviction du sucre.

Là ça été mieux.

Mais ce n’était toujours pas super.

Il m’a fallu continuer mes recherches et retourner à la physiologie des sucres, des hormones.

Et là, la lumière est apparue avec des tests concluants.

Car les sucres étaient en cause, c’est évident mais aussi et surtout des hormones, cortisol, glucagon et insuline.

C’étaient donc les fauteurs de troubles.

C’était là qu’il fallait chercher, expérimenter.

Et là, ça a fonctionné.

Et je me suis souvenu des corrélations entre les signes cliniques que j’ai eu toutes ces années et les explications de la physiologie, du déséquilibre de ces hormones.

Comme le fait d’avoir des « absences » en conduisant, comme des endormissements que je « traitais » en mangeant des gâteaux…remède pire que le mal, comme je le comprends maintenant.

A cela s’ajoutaient poids+++, rétention d’eau, hypertension et j’en passe.

Mais à partir du moment, où j’ai mis en place une manière de lutter contre les sucres, l’insuline et ses effets délétères, là tout à changé.

J’ai mis en place des régimes spécifiques, je me suis senti super bien car on peut manger sans faim et des petits plats goûteux.

Puis j’ai testé le jeûne de différents manières, en faisant à peu près toutes les erreurs possibles au départ.

Sauf, que maintenant, les méthodes fonctionnent et permettent de s’adapter à tout un chacun, en fonction de ce que nécessite sa physiologie.

Et l’on revient là, à une notion essentielle à l’homéopathie uniciste, l’individualisation.

Car là aussi, il faut définir la meilleure approche pour chaque personne.

Aujourd’hui, j’ai minci de plus de 12 kg, avec une peau raffermie, repulpée, des tâches de vieillesse sur les mains disparues, finies les diarrhées et mictions impérieuses, retrouvée la vivacité d’esprit et de concentration, un allant et une forme physique au top.

D’ailleurs, pour la petite histoire, j’ai pratiqué le karaté à raison de 2 entraînements hebdomadaires intensifs d’1h30. Au bout d’un an, je n’avais perdu que 5kg…repris dés l’arrêt.

Bref le sport et l’activité physique ne font pas maigrir mais son nécessaires pour la physiologie.

Et les retours sont identiques chez les patients.

Comme une qui a toujours été en surpoids, médicamentée pour une hypertension.

Je lui ai expliqué comment mettre en place une méthode.

Et maintenant, ventre dégonflé et plus d’une dizaine de kilos envolés et non repris.

Magnifique.

Alors si vous désirez que nous analysions ce qui coince chez vous et comment choisir concernant les plans d’action possibles pour vous, alors cliquez sur le lien ci-dessous afin de réserver votre consultation d’analyse et de mise en place.

Je réserve ma consultation Analyse – Plan d’action

A bientôt

Pascal

Vous aimerez aussi...